Patrimoine immobilier - Gare et chemin de fer



Gare Fret Shed Employé Groupe à la gare
Piste cyclable Voie ferrée Accident de train Entretien voie ferrée
Démantèlement Train Photo extérieure de Princeville Artéfact
Journaux


Mise en place du reseau ferroviaire, CL-CHE-030.jpg Classeur - CHE
Réseau ferroviaire des Cantons de l'est, CL-CHE-031.jpg Classeur - CHE
Sur la trace des cheminots.jpg Disque patrimoine


Gare

LE TRAIN :
Le premier train à rouler dans le monde l'a fait en Angleterre en 1825 en reliant Stockton et Darlington. Au Canada, le chemin de fer a été inauguré, en 1836, entre Laprairie et Saint-Jean. À ce moment, on voulait faciliter le transport entre Montréal et New York. Enfin, l'inau­guration de la ligne entre Québec et Richmond sur laquelle se trouve Princeville remonte à 1854. Selon l'abbé Charles-Édouard Mailhot ', Louis-Eusèbe Richard, personnage influent de Princeville, aurait été à la tête d'un mouvement important pour faire passer la voie ferrée au coeur du village. Quoi qu'il en soit, au printemps de 1853, on démolissait l'école numéro 1 pour permettre le prolongement de ladite voie et la construction de la gare. L'année suivante, on inaugurait la ligne « Québec­Richmond » ainsi que la Station de Stanfold qui deviendra, en 1914, la Station de Princeville. La ligne « Québec-Richmond “ a surtout été desservie par la “ Grand Trunk Railway » (GTR) puis par les Chemins de fer nationaux (CNR) à partir de 1923. La population pouvait, bien entendu, emprunter le train pour se rendre dans des endroits éloignés; mais celui-ci a également servi pour franchir de plus courtes distances; pour se rendre à Victoriaville, par exemple, ou encore Lyster. En 1861, une nouvelle ligne est ouverte : “ Victoriaville - Sainte-Angèle “. Du coup, les colons ont un accès de qualité à leur paroisse d'origine.

Le commencement de la fin
L'histoire du chemin de fer à Princeville était encore relativement jeune quand il accusa ses premières réductions de service qui allaient conduire, en bout de piste, à son démantèlement. Ainsi, en 1924, le train de Québec qui faisait pourtant un arrêt depuis qua­rante ans à Princeville, passe droit désormais. Le conseil eut beau s'opposer, rien n'y fit, la décision fut maintenue. En 1935, c'est une partie de la subdivision entre Victoriaville et Saint-Grégoire que l'on abandonne (PVM, village, 4 février 1935). Encore une fois, l'oppo­sition du conseil n'a rien donné. En 1951, on interrompt les trains de 6 h et de 22 h 30 entre Lyster et Victoriaville. Puis, entre 1960 et 1962, on annule successivement le train « Victoriaville - Sainte­Angèle » ainsi que deux autres faisant le trajet entre Victoriaville et Québec. Dans cette foulée, la gare de Princeville ferma définitivement ses portes en 1968. Six ans plus tard, on démolissait l'im­meuble. Puis vint le coup fatal en 1987 À ce moment, le CN demande à la Commission des transports du Canada la per­mission d'interrompre la liaison « Charny-Richmond ». Le milieu se ligua contre cette demande, tout comme les popula­tions des villes concernées. Malgré tout, la Commission autorisa l'entreprise à procéder. Le dernier train circulera en 1989. L'année suivante, on démantèlera la voie. Aujourd'hui, l'emprise de cette dernière est devenue une immense piste cyclable qui, si le projet est complété, reliera chacune des villes de l'ancien parcours.

Le train et les chars de fumier

Le train n'a pas présenté que des avantages pour la popula­tion. À maintes reprises, tant le conseil de la paroisse que celui du village ont eu à se plaindre de la Grand Trunk qui se laissait tirer l'oreille quand il s'agissait, par exemple, de se conformer aux exigences municipales telles que l'entretien des trottoirs ou l'installation de mesures de sécurité. Et c'est sans compter le « problème des chars à fumier “ que l'on déchargeait, entre 1918 et 1923, à l'extrémité ouest du village. Le train et les vaches Une croyance populaire veut que le tracé de voies ferrées ait été influencé à l'époque par des mouvements d'opposition qui avançaient, entre autres, que le passage du train effrayait les vaches et nuisait à leur production laitière. Quelle est la part de vérité dans cette affirmation, il est difficile de le dire. Ce qu'on peut par contre avancer, c'est que celle-ci ne date pas d'hier puisque l'inauguration du premier train canadien, en 1836, avait également suscité ce genre d'arguments. Du reste, si l'on considère qu'à l'approche du train il fallait couvrir la tête des chevaux, il faut croire que la chose n'était pas totalement farfelue : Les chevaux se montaient de peur quand passait un train surtout si la locomotive criait. Alors les conducteurs entraient la tête de leur cheval dans une poche et les enfants des alentours avaient alors grande peur ".
Livre 150e p. 284-285-286-287

Livre 150e
Première école

Première école, livre de Florent Charest.jpg
Disque patrimoine
Document signé en octobre 1855. Signé par Louis Richard, Léon Thibodeau,

La fabrique vend un terrain a la Cie du Grand Tronc.jpg
La fabrique vend un terrain a la Cie du Grand Tronc (suite).jpg
Disque patrimoine


1854
Le 27 mars. Pierre Prince vend une partie de son lot, une superficie de 3 acres et demi, à la Compagnie du Grand Tronc de chemin de fer du Canada pour 69 livres (345$) dont 150$ pour l'expropriation et 145$ pour les dommages résultant de l'expropriation.
Ce texte provient du livre de Florent Charest.


Livre Florent Charest
1948. Photo prise du clocher de l'église St-Eusèbe. La 'fret shed' (hangar) devenue aujourd'hui la salle des Chevaliers de Colomb, la gare et le terrain vacant à droite qui deviendra le site de l'école Ste-Marie.

Gare et cimetière dans les années 1950 - 09-015.jpg
Carrousel 9
Livre 150e p.286
Classeur - GP1
Carton Noir B4 -10
A l'origine , selon ce que l'on voit dans Mailhot, le tracé de la voie ferrée n'était pas prévu à cet endroit. C'est Louis-Eusèbe Richard, homme influent du village qui aurait pris la tête d'un groupe pour demander que le dit tracé soit détourné vers Princeville. La première locomotive fit finalement son entrée à Princeville en 1854 et un boum économique s'en suivit. À gauche, on peut apercevoir la maison de Georges-Jérémie Pacaud (aujourd'hui Richard Pellerin) sur la rue St-Georges. L'écorce de pruche le long de la voie ferrée témoigne de la présence de plusieurs tanneries dans les années de 1880-1890. Remarquez l'escalier qui servait aux Pacaud et à leurs invités pour franchir plus aisément le fossé. Des personnages célèbres l'ont franchi , dont Sir Wilfrid Laurier.

Gare de Princeville, 3-16.jpg
Expo 1998 - Film 3,
Livre 150e p.44
Classeur - VIP
Livre 05-FGN-045
Carton Noir B4 -25
Le nom d'une des plus anciennes gares de chemin de fer de la province de Québec, Stanfold, disparaîtra bientôt des horaires de la cie. du Grand Tronc, pour faire place à celui de Princeville. Tous les voyageurs connaissent bien cet endroit, Stanfold, situé sur le Grand Tronc, à mi-chemin entre Québec et Richmond. La population de ce village prospère est d'environ mille habitants... La gare a toujours porté ce nom, la municipalité celui de Princeville, donné par un des premiers habitants du district. M. Pierre Prince avait donné de son vivant, des terrains pour l'érection des édifices publics on a voulu lors de l'incorporation du village, donner son nom en souvenir de son civisme éclairé. Les autorités du Grand Tronc ont accepté la demande de changement de nom du conseil municipal. Le changement entrera en vigueur le 28 juin 1914. (réf. 13-MON-029 p.56)

Gare de Princeville, don de Gérard Chalifour (Laval ) déc 2009, CL-CHE-021.jpg
Classeur - CHE
Gare de Princeville. Tout comme la gare, les arbres à l'avant sont disparus. À droite, remarquez l'arche de bois qui surplombait le passage piétonnier qui menait à la rue St-Georges. Construit par Edmond Lachance, il arrivait face à sa maison, à coté de celle des Pacaud.

Attention ici c'est l'arche qui a été construit par Edmond Lachance. La ligne de chemin a été ouverte entre Lévis et Richmond en 1854 et les gares de votre coin furent presque toutes construites dans les années 1860-61. Il est possible que des agents ou télégraphistes aient été logé dans des abris de fortune ou dans de vieux wagons à cette époque.


Gare de Princeville 127, 2-17.jpg

On ne sait pas qui a construit la gare, ni en en quelle année ? (q?)

Gare de Princeville au début du siècle - 08-059.jpg

Gare, 10-12.jpg

Gare de Princeville, 8-13.jpg
Expo 1998 - Film 2
Album brun 98 - TRP
Livre 05-FGN-045
Carton Noir B4 -02
Vue de la gare du côté ouest dont on ne possède peu de photos. De cet angle, on peut voir la plus petite partie, celle qui servait de cuisine au chef de gare. Dans la partie du haut se trouvaient les chambres. C'était le côté du loyer de Georges Auger, chef de gare. Le 1er des G.P. Nadeau était chef de gare, il a habité dans cette bâtisse (entre autres la petite annexe d'un seul étage à gauche qui servait de cuisine et les chambres étaient au 2e étage.

Gare, vue du côté ouest, 22-22.jpg
Expo 1998 - Film 22
Album brun 98 - TRP
LB G.-P N., #29-P14
Carton Noir B4 -11
Voyageurs attendant le train. D'après l'habillement , la photo devrait avoir été prise dans les années '30.

Gare (en avant), 9-13.jpg
Expo 1998 - Film 8
Album brun 98 - TRP
Entrée du train en gare. Les bonnes années du train , alors que presque toutes les marchandises se transportaient par la voie ferrée. Les longs 'freights' comme celui-ci n'étaient pas rares. L'employé de la gare a en mains la perche qui servait à donner au conducteur les instructions le concernant. Photo prise dans les années 50.

Gare (avec engin à vapeur), 6-05.jpg
Gare de Princeville avec train qui fume, 28-10.jpg
Gare de Princeville 1959 - 08-061.jpg
Expo 1998 - Film 6 et 28
Carrousel 8 et 13
Livre 150e p.285
Classeur - GP1
Carton Noir B4 -22
Gare de Princeville. De toutes les photos de la gare, celle-ci est peut-être la plus récente à cause de la présence de l'enseigne avec le nouveau sigle du CN.

Gare de Princeville 19.., 14-22.jpg
Expo 1998 - Film 14
Album brun 98 - TRP
Gare de Princeville. La gare telle que nous aimons nous la remémorer, et surtout avec le chef de gare Georges Auger. Photographié devant le chariot à bagages. La famille Auger a logé en haut de la gare pendant plusieurs années.

Gare de Princeville 1959 - 08-062.jpg
Gare de Princeville diapositive, 20-24.jpg
Carrousel 8 et Expo 1998 - Film 20
Album brun 98 - TRP
Livre 05-FGN-045
Carton Noir B4 -03
Prise de vue de la gare de Princeville à partir de l'angle d'un wagon stationnaire.

Gare de Princeville, CL-CHE-005.jpg
Classeur - CHE
Carton Noir B4 -24
IMG_2510.jpg Disque patrimoine
Gare, 1972, LB09-P40.JPG LB G.-P N.
Gare, incendie et fin de la démolition avril 1975, 39-01.jpg Expo 1998 - Film 39


Train

Le train au quotidien, Denis Poisson en 1947, Livre 150 iem p. 286.jpg Livre 150e
Belle locomotive et shed, CL-CHE-017.jpg Classeur - CHE
Une des dernières locomotives à vapeur à faire un arrêt à la gare de Princeville, 1970-71, Boite 4, CN-007.jpg

Une des dernières locomotives à vapeur à faire un arrêt à la gare de Princeville, 1970-71, Boite 4, CN-007.jpg
Carton Noir B4 -28


Employés

voie ferrée : (qui étaient dans l'index des annuaires Lovell's):
Théophile Bélanger (1871) aiguilleur
Godfroid Bernier (1882) trackler
Joseph Brissette (1915-16) chef de gare
Donat Duvert (Donat Dubert) (1882,1884) opérateur, commis Grand Trunk Railway,
Arthur Garand (1882) opérateur Grand Trunk Railway
Charles H. Lay (1857) chef de gare, chemin de fer Grand Tronc
Joseph Leboeuf (1882) trackler
Philéas Nadeau, (Philias Nadeau) (1882, 1884) agent Grand Trunk Railway, agent
           du GR. N. Western Telegraph Co., agent du Canadien Express Co.,
Noël Pelletier (1871) cantonnier
F.Xavier Poitras (1915-16) agent Grand Trunk Railway
Balzanie Talbot (1882) trackler
Telegraph Great North-Western (1890-91)
Philip Thomas (1871, 1882) agent de station, opérateur télégraphe, agent du Montreal Telegraph Co.

Selon la liste des annuaires de commerces.


Disque patrimoine
Un seul nom concerne Princeville, c'est J.D. Beaudet , agent en 1890

Liste des agents du Grand Trunk, 16-FRP-054, CA-00075.JPG
Livre 16-FRP-054
Ils ont travaillé ici pour la cie du Grand Tronc, de 1875 à 1947.

J.-Georges Auger,
Bruno Marier,
Raymond Bernier,
Jean-Louis Blouin,
xx Boutin,
Viateur Leclerc,
Jacques Rousseau,
Elphège Boisvert,
Michel Cadoret,
Arthur Coulombe,
xx Girouard,
Wilfrid Grenier,
xx Lambert,
Henri Laneville,
Philippe Martel,
Maurice Provencher


Travailleurs du grand Tronc, Boite 4 CN-004.jpg
Carton Noir B4 -34
Ils ont travaillé ici pour la cie du Grand Tronc. Philippe Thomas,
Joseph Blais,
Francis Nadeau,
Alphonse Cantin,
Wilfrid Talbot,
Clovis Martel,
Philias Nadeau,
Frédéric Farley,
Donat Beaudet,
Arthur Kirouac,
Alcide Jacques,
Émile Pinard,
Amédée Couture,
Dollard Prince


Travailleurs du grand Tronc, Boite 4 CN-005.jpg
Carton Noir B4 -33
Photo-souvenir de nos cantonniers, à l'extrême droite, Michel Cadoret.

Chemin de fer, employés, 31-11.jpg
Expo 1998 - Film 31
Carton Noir B4 -04
Ouvriers du chemin de fer. Comme la gare et le train , ces ouvriers font maintenant partie de l'histoire et ont été remplacés par les employés du 'Parc linéaire des Bois-Francs'!

Chemin de fer, ouvrier, 48-08.jpg
Expo 1998 - Film 48
Carton Noir B4 -32
Cantonnier travaillant à l'entretien de la voie ferrée vers 1920 : Arthur Coulombe, Arthur Kirouac, Joseph Vallières. À droite vous voyez la maison de Georges-Philias Nadeau (père). Actuellement ,elle est la propriété des Girouard.

Coulombe Arthur, cantonnier, Arthur Kirouac, Joseph Vallières, 40-16.jpg

Cantonniers travaillant à la voie ferrée, 1920, Boite 4 , CN-021.jpg
Expo 1998 - Film 40

Carton Noir B4 -05
Cantonniers se préparant au travail. Au centre, Michel Cadoret, à droite Bruno Coulombe, à la droite de la photo , le hangar des cantonniers servant de remise au lorit. À l'arrière-plan, une partie de l'usine Princeville Furniture.

Chemin de fer, employés, 31-12.jpg
Expo 1998 - Film 31
Carton Noir B4 -30
Les cantonniers se déplaçaient en lorit à moteur (pompeux). Sur cette photo prise en 1929, nous voyons : Henry Lanneville, Arthur Coulombe, Arthur Kirouac, Joseph Vallières.

Ils peuvent circuler et voir à l'entretien des rails sur leur territoire. Pouvoir travailler toute l'année pour le chemin de fer, pour des hommes qui aiment le grand air, est un privilège, surtout en octobre 1929 ou tout le monde parle du krach de la bourse de New York. Cet événement marque le début de la grande dépression, la plus grande crise économique du 20e siècle.


Les cantonniers se déplacaient en lorit à moteur (pompeux) , Boite 4, CN-020.jpg
Carton Noir B4 -06
Livre 13-MON-029
Michel Cadoret était cantonnier. Photo vers 1945. Habiter près du chemin de fer est parfois l'option la plus pratique dans les petits villages traversés par les rails. Pour beaucoup de parents, c'est un cuachemar, car ils ont toujours peur que les enfants et les adolescents désobéissent et s'amusent à qui va s'enlever le dernier, ce qui cause évidemment des tragédies. Il y a aussi les collisions train véhicule qui pardonnent rarement . En plus, il y a le bruit, les vibrations et la saleté. Plusieurs mères de famille sont parfois obligés de ramasser leur linge sécher sur la corde à linge pour le laver de nouveau parce que la suie crachée par la locomotive a tout souillé. (réf 13-MON-029, p. 87)

Cadorette Famille, 31-10.jpg
Expo 1998 - Film 31
Livre 13-MON-029
Georges P. Nadeau, agent du Grand Tronc, plus tard commercant, a eu 18 enfants, CL-CHE-023.jpg Classeur - CHE
Article en 1959, 16-FRP-054, CA-00044.JPG Livre 16-FRP-054
Article en 1959, 16-FRP-054, CA-00044 (suite).JPG Livre 16-FRP-054
Ici ce n'est probablement pas l'intérieur de notre gare, puisque M. Auger a travaillé dans plusieurs gares.

Georges Auger chef de gare, 16-FRP-054, CA-00068.jpg
Livre 16-FRP-054
Georges Auger, chef de gare, à droite, 16-FRP-045, CA-00031.JPG Livre 16-FRP-054


Groupe a la gare

Dame Cécile Lachance (née en 1897) et un ami sur la galerie de sa résidence, face à la gare, Boite 4 , CN-019.jpg Carton Noir B4 -07
Début des années 1940. Nouveaux mariés : Marie-Anna Simard et Jean-Marie Ouellet. La parenté les accompagne à la gare de Princeville.

Debut des années 1940, Nouveaux mariées attends à la gare, Boite 4, CN-006.jpg
Carton Noir B4 -29
Photo 6 avril 1916. Au loin on peut voir le Colombier, quelques bâtiments sur la rue St-Charles. et une maison sur la rue St-Jean-Baptiste, laquelle ? (q?)

QUI85.jpg
QUI85, gare de Princeville, et maison rue St-Jean-Baptiste.jpg
Disque patrimoine
Jeunes femmes endimanchées sur le quai de la gare. On remarque des wagons du Grand Trunk et … environ 1913.

QUI328.jpg
Disque patrimoine
Carton Noir B4 -27
Groupe en 1914, Paul M. Nadeau , 2 iem a droite, CL-CHE-009.jpg Classeur - CHE
Groupe à la gare juillet 1914. Assise en avant, à gauche Gabrielle Garneau, fille du Dr.Garneau. Elle a épousé le 12 octobre 1922, Paul Gouin qui était le fils de Sir Lomer Gouin alors premier ministre de la province de Québec. Sir Lomer s'est rendu à Stanfold pour le mariage. Gare de Princeville, début du siècle. M. Paul Maurice Nadeau et ses amis au quai de la gare. À l'arrière plan, deux  jeunes enfants sur le chariot à bagages.

Groupe à la gare  ass. à gauche Gabrielle Garneau 01-07-1914, 23-23.jpg
Expo 1998 - Film 23
Album brun 98 - VCM
Carton Noir B4 -09
C'est le temps des vacances! … (1916). Wilfrid Luneau, Delphis Richard, Jean-Charles Garneau, Paul-Émile Boisclair, 2e à gauche Dr. Paul-Maurice Nadeau. À l'arrière, sur la rue St-Jean-Baptiste, la maison Joseph Martel et l'hôtel Talbot.

C'est le temps des vacances, 1916, Boite 4 , CN-001.jpg
Carton Noir B4 -41
Personnage non loin de la gare, CL-CHE-018.jpg Classeur - CHE
Fond Carmen Houle-Brochu, Album photos noir Famille Bernier

Train voyageur avec la freight shed, 22-FCH-004.JPG
Voyageur a la gare de Princeville.jpg

Album 22-FCH-004
Cette photo semble à Warwick, mais elle a été retenue pour le treuil. Il y a Cécile Lachance dans ce groupe.

Gare, chemin de fer, QUI6, DON-RP-013.jpg
Disque patrimoine
A remarquer sur l'enseigne, derrière les personnages, c'est écrit Stanfold sept 13, ils se sont marié le 13 sept 1909. C'est Rachel Baril et non Nadeau.

Georges-Étienne Nadeau et Rachelle Nadeau.jpg

Site web MyHeritage
Mariage Georges-Étienne Nadeau et Rachelle Nadeau.jpg
Site web MyHeritage


Voie ferrée

Voie ferrée, vue de l'ouest en 1913. On aperçoit à gauche l'arrière de l'usine Princeville Chair Co. , le couvent dont les cloches n'ont pas encore été hissées dans les clochers, l'hôtel Talbot, la gare et à l'extrême droite, les parcs pour animaux. L'abattoir n'était pas encore ouvert, on devait expédier les animaux vivants ailleurs par train.

Voie ferrée vue de l’ouest 1913, 27-01.jpg
Expo 1998 - Film 27
Etagère - FBB
Classeur - CHE
Carton Noir B4 -42
Vue du chemin de fer 1959 - 08-060 Carrousel 8 et
Livre 150e p.167
Classeur - WER
Jean-Louis Blondeau, fils de Fernand, traversant la voie ferrée en direction de Plessisville (9e rang, rte 116), Boite 4 , CN-002.jpg

Jean_louis Blondeau, fils de Fernarn, traversant la voie ferrée en direction de Plessisville (9e rang, rte 116), Boite 4 , CN-002.jpg
Carton Noir B4 -39
150 iem arrivee du Grand Tronc, CL-CHE-022.jpg Classeur - CHE
Pont de fer pres de DeBilly, CL-CHE-004.jpg Classeur - CHE
Ponceau qui est derrière la Coop Agricole .

Ponceau, 56-01.JPG
Expo 98 - Film 56
Ponceau, 56-02.JPG Expo 98 - Film 56
Ponceau, 56-03.JPG Expo 98 - Film 56
Ponceau, 56-04.JPG Expo 98 - Film 56


Fret shed (Hangar)

Entrepôt du CN à Princeville 1985 - 08-066 .jpg Carrousel 8
Cet entrepôt servait à remiser les marchandises à expédier et à recevoir. À droite, une vue de l'arrière de l'école Ste-Marie.

Entrepôt du CN à Princeville 1985 - 08-067.jpg
Carrousel 8
Carton Noir B4 -23
Le Hangar (fret shed) de la gare de Princeville a été transformé depuis en local pour les Chevaliers de Colomb. L'inauguration a eu lieu en 1985.

Shed et voie ferrée, non-entretenue, CL-CHE-019.jpg
Classeur - CHE
Carton Noir B4 -26
Salle des Chevaliers de Colombs 1989 - 08-071.jpg Carrousel 8
Shed et voie de chemin de fer enlevée, CL-CHE-008.jpg Classeur - CHE
Shed et voie ferrée, CL-CHE-020.jpg Classeur - CHE


Entretien voie ferrée

Pelle mécanique, CL-CHE-041.JPG
pelle à vapeur sur le chemin de fer.jpg
Classeur - CHE
Disque patrimoine
Pont de chemin de fer, réparation 1934 Lorenzo Morissette dit Vallières, 40-13.jpg Expo 1998 - Film 40
Réparation du pont de la voie ferrée (pont DeBilly) par une équipe spécialisée.

Pont de chemin de fer, réparation 1934 Lorenzo Morissette dit Vallières, 40-14.jpg
Expo 1998 - Film 40
Carton Noir B4 -35
Le pont du CN. Des ouvriers s'affairent à réparer le pont du CN au-dessus de la rivière Bulstrode (entre Princeville et Victoriaville). Photo prise en 1934.

Pont de chemin de fer, réparation 1934 Lorenzo Morissette dit Vallières, 40-15.jpg
Expo 1998 - Film 40
Carton Noir B4 -36
Modules construits pour le CN par Prince Caravan en 1983-1984.

Unité d'entretient ferroviaire 1985 - 08-064
Carrousel 8
Classeur - IDI
Carton Noir B4 -31
Unité d'entretient ferroviaire 1985 - 08-065 Carrousel 8
Unité d'entretient ferrovière 1985 - 08-063 Carrousel 8


Accident de train

Accident de train, octobre 1963. Un train frappe et renverse un camion de ciment à la traverse de la rue Mgr-Poirier. M. Oscar Girouard, contracteur, était sur place pour dégager la voie. Il y a eu d'autres accident de train, dont 2 aux environs de 1925. Un autre accident de train impliquant un sleigh tiré par un cheval, fin des années 1950, le ski du sleigh qui était en métal, avait collé sur la voie ferré, et le train s'envenait à vive allure, le sleigh et le cheval ont revolé quelques 500 pieds plus loin, il a fallut abattre le cheval. Un autre accident début des années 1950, impliquait un camion remplis de bidon de lait, le chauffeur s'en était sortis indmene, mais pas les bidons de lait, ni la boite du camion. Et pour ma part quand j'avais environ 7 ans en 1968, je me souviens d'un vieux monsieur sourd qui a été frappé par le train, vous imaginer tous les petits morceaux de chairs qui ont dû trouver ça etlà.

Accident train octobre 1963, boite 4, CN-023.jpg
Classeur - CHE
Carton Noir B4 -01
Accident train vs camion , en 1963, a droite Clement Dubois, don de Ben Coulombe, CL-CHE-014.jpg Classeur - CHE
Accident train vs camion , en 1963, CL-CHE-010.jpg Classeur - CHE
Accident train vs camion , en 1963, CL-CHE-011.jpg Classeur - CHE
Accident train vs camion , en 1963, CL-CHE-012.jpg Classeur - CHE
Accident train vs camion , en 1963, CL-CHE-015.jpg Classeur - CHE
Accident train vs camion , en 1963, CL-CHE-016.jpg Classeur - CHE
Accident train vs camion , en 1963, Leo Bergeron, Charles Omer Boisvert, CL-CHE-013.jpg Classeur - CHE
Nous recherchons la photo couleur de cet accident. (svp)

Accident de train vs camion , 27 mai 1980, CL-CHE-024.jpg
Classeur - CHE


Démantèlement

Le dernier train, CL-CHE-027.jpg Classeur - CHE
Chemin de fer sur le pont De Billy, CL-CHE-003.jpg Classeur - CHE
Démentèlement chemin de fer été 1991, CL-CHE-037.jpg Classeur - CHE
Démentèlement chemin de fer été 1991, CL-CHE-038.jpg Classeur - CHE
Démentèlement chemin de fer été 1991, CL-CHE-039.jpg Classeur - CHE
Démentèlement chemin de fer été 1991, CL-CHE-040.jpg Classeur - CHE


Piste cyclable

Traverse de chemin de fer au pont de Billy, CL-CHE-002.jpg Classeur - CHE
Voie de chemin de fer enlevée, CL-CHE-007.jpg Classeur - CHE
Fin du chemin de fer 1996 - 08-073.jpg Carrousel 8
Plus de trace du chemin de fer 1996 - 08-075.jpg Carrousel 8
Vue de l'ancien terrain du chemin de fer 1996 - 08-074 Carrousel 8
Piste cyclable qui remplace la voie ferree, CL-CHE-006.jpg Classeur - CHE


Photo extérieure de Princeville

La dernière sortie du train à vapeur… Monsieur Léo Coulombe s'est fait photographier à la fenêtre du train 6218.

Derniere sortie du train à vapeur, Boite 4 CN-003.jpg
Carton Noir B4 -37


Artéfact provenant de la gare

Différent type de rail.JPG Disque patrimoine
Lanterne gare de Princeville.jpg Disque patrimoine
Téléphone gare de Princeville.jpg Disque patrimoine
Télégraphe gare de Princeville.jpg Disque patrimoine
Telegraph0000.JPG Disque patrimoine
Telegraph0001.JPG Disque patrimoine
Telegraph0002_price.JPG Disque patrimoine
Telegraph0005.JPG Disque patrimoine
Telegraph0007.JPG Disque patrimoine
Car sealing instructions

Carnet de 8 pages, 16-FRP-054, CA-00051.JPG
Livre 16-FRP-054
Rules and rates of pay.

Carnet de 32 pages, 16-FRP-054, CA-00049.JPG
Livre 16-FRP-054
Rules and rates of pay for telegraphers.

Carnet, 16-FRP-054, CA-00047.JPG
Livre 16-FRP-054
Manifest fast freight system

Carnet de 18 pages, 16-FRP-054, CA-00050.JPG
Livre 16-FRP-054
Rules and wages for telegraphers.

Carnet de 40 pages, 16-FRP-054, CA-00048.JPG
Livre 16-FRP-054
Regulations regarding handling of staff forms.

Carnet, 16-FRP-054, CA-00045.JPG
Livre 16-FRP-054
Car clock record.

Carnet, 16-FRP-054, CA-00046.JPG
Livre 16-FRP-054
The order of railroad telegraphers.

Carnet de 103 pages, 16-FRP-054, CA-00053.JPG
Livre 16-FRP-054
The order of raliroad telegraphers

Carnet, 16-FRP-054, CA-00054.JPG
Livre 16-FRP-054
Ticket de train, 16-FRP-054, CA-00076.JPG Livre 16-FRP-054
Ticket de train, 16-FRP-054, CA-00077.JPG Livre 16-FRP-054
Ticket de train, 16-FRP-054, CA-00078.JPG Livre 16-FRP-054
Ticket pour les bagages, 16-FRP-054, CA-00052.JPG Livre 16-FRP-054


Articles de journaux

Les convois du Grand Tronc, entre Trois-Rivières et Arthabaska, ont connu des retards durant trois jours (du 14 au 16 février) en raison de deux grosses tempêtes . Pendant deux jours, les malles ont dû être transportées en voiture par l'ancien chemin d'hiver. Plusieurs voyageurs de Trois-Rivières ont été arrêtés à Arthabaska pendant plusieurs jours. La majorité était des hommes d'affaires. «Un bon nombre prit le parti de se rendre en carriole, samedi et dimanche». Deux problèmes sont soulevés. D'abord, il n'y a qu'une seule locomotive et il manque d'eau sur le parcours du Grand Tronc. On dit même que samedi, un convoi a été retardé de deux heures à Stanfold, faute d'eau . Il a fallu faire fondre la neige pour remplir les chaudières de deux locomotives. «Les embarras du Grand Tronc», Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 12 (21 février 1866) : 2.

No d'identification : 6 720
Journal
- Deux étudiants du collège de Nicolet, Alfred Preudergast de Nicolet et Gédéon Désilets de Saint-Grégoire, sont partis pour Rome afin de combattre «dans les armées de Notre Saint Père le Pape». Lors d'une cérémonie pour souligner leur départ, les deux jeunes se sont enveloppés dans un drapeau de Saint-Raphaël «pour lui demander protection». Le lundi précédent, ils avaient reçu la bénédiction des évêques de Trois-Rivières et d'Anthédon. Les jeunes prendront le bateau à Portland. - Moïse Gouin (Baie-du-Febvre) et Luc Rheault (Saint-Grégoire) viennent de s'engager comme zouaves dans le bataillon de Montréal. -M. François Roy de Stanfold s'engage comme zouave: il est parti le 14 février 1868 et il fut accompagné à la gare par les membres des Amateurs de Plessisville et des citoyens. - Il y a aussi Ernest Noël de Saint-Eusèbe de Stanfold. (2, 32, p. 2) - Liste de ceux qui ne sont pas revenus de Rome en automne 1868 parce qu'ils y ont été nommés instructeurs ou caporaux. Il y a parmi ces gens Edmond Fréchette, plus haut mentionné, avocat d'Arthabaskaville (2, 46, p. 2). (C’est dire que la gare a pu etre construit avant 1867 Q?, Jules P.) L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 2 (18 décembre 1867) : 2 (suite: 2, 3, p. 2; 2, 7, p. 2; 2, 8, p. 2; 2, 12, p. 2-3; 2, 29, p2).

No d'identification : 7 513
Journal
L'Union des Cantons de l'Est, (29 avril 1868) : 2-3.

No d'identification : ???

1868, 04-29 p2-p3, vol a la gare.jpg

Journal
Les stations télégraphiques d'Arthabaskaville et de Stanfold sont opérées par la Compagnie Télégraphique de Montréal. Il semble que dans au moins un cas, un télégramme ait mis quatre heures pour couvrir les 9 milles entre les stations (télégramme de A. C. Pacaud à E. L. Pacaud), ce qui est sujet de plainte selon le correspondant. Le journal souligne que de tels cas sont peu fréquents et que la compagnie fait tout pour envoyer rapidement les télégrammes. Les lignes seraient par contre souvent impraticables ou encombrées par les affaires, et c'est trop demander que d'avoir un message transmis immédiatement. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 16 (21 mars 1872) : 2.

No d'identification : 14 486


Journal
La Compagnie du Grand Tronc demande des soumissions pour du bois de corde livrable sur le parcours du chemin. Le nom des localités et le nombre de cordes de bois nécessaires sont indiqués. Pour les localités faisant partie de l'actuel Centre du Québec, voici la quantité de cordes demandée: New Durham, 800; Old Durham, 1000; Arthabaska, 500; Stanfold et Bécancour, 200. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 3, no 38 (26 août 1869) : 2.

No d'identification : 9 022
Journal
Déraillement du train de Québec près de Stanfold, dimanche dernier. Seul le wagon de «la malle» a subi quelques dommages. Le train a pu repartir vers midi en direction de Québec. Aucun blessé. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 5 (04 janvier 1872) : 2.

No d'identification : 14 257

1872, 01-04 p2-p3, déraillement de train.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est (21 mars 1872) : 2-3.

No d'identification : ???

1872, 03-21 p2-p3, train.jpg

Journal
Au moment du départ des «chars» de Trois-Rivières de la station d'Arthabaska, l'employé du train W. B. Prior (22 ou 23 ans), «bagage man», a tenté de monter dans le train. Il a manqué le marche-pied et a eu la jambe coupée sous les roues. Transporté à sa maison de pension, les médecins sont venus l'examiner et l'amputation a été effectuée en après-midi par les Drs Bettez (Somerset) et Gravel (Stanfold) . L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 7 (18 janvier 1872) : 2.

No d'identification : 14 288
Journal
Poursuite d'Alexis Baillargeon contre la compagnie du Grand-Tronc. Baillargeon avait fait et déposé 410 traverses de bois sur le terrain du Grand Tronc à Stanfold, en mars 1871. Ces traverses ont été enlevées par les chars de la compagnie. Baillargeon demande 61,50$, prix de ses traverses. La compagnie prouve qu'elle a acheté ces traverses de Roderick McLeary, son fournisseur, qui les tenait de Edmund Turgeon de la Station de Bécancour, qui les avait obtenues de Bruno Daigle de Stanfold. Elle avait fait son achat de bonne foi, les traverses étaient des articles commerciaux. E. L. Pacaud plaidait pour Baillargeon, Wilfrid Laurier pour la compagnie. Il semble que, dans le cas d'articles de commerce, lorsque l'acheteur agit de bonne foi, le contestataire doit s'adresser à celui qui a vendu les articles sans les posséder (ici Daigle, de Stanfold), et que l’on ne peut contester la propriété à l'acheteur. Par conséquent, la plainte de Baillargeon est renvoyée avec dépens. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 13 (29 février 1872) : 2.

No d'identification : 14 405
Journal
M. Thomas, agent du Grand Tronc à Stanfold depuis 18 ans, s'apprête à quitter le village. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 42 (08 octobre 1881) : 2.

No d'identification : 9 667
Journal
Horaire des trains du Grand Tronc. Départs d'Arthabaska Station en direction de Warwick, Kingsey, Danville, Richmond, Montréal, Sherbrooke. Pour Québec en direction de Stanfold, Somerset, Sainte-Julie, Pointe-Lévis et Rivière-du-Loup. Il y a également un char de passagers attaché au train de fret qui laisse Richmond à 7h30 p.m. et qui arrive à Arthabaska à 2h57 a.m.

- On annonce des changements dans le départ des trains d'Arthabaska Station, en date du 29 juillet (16, 32, p. 2). - Nouvel horaire des trains, dont la modification a été annoncée dans l'édition du 29 juillet (16, 35, p. 3).
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 26 (17 juin 1882) : 3 (suite: 16, 32, p. 2; 16, 35, p. 3).

No d'identification : 10 888
Journal
Le curé de Saint-Wenceslas, messire Tétreau, organise un pèlerinage à Sainte-Anne-de-Beaupré par les chars du Grand Tronc. - Le pélerinage aura lieu le 10 août prochain, avec la haute approbation de Mgr. Laflèche. Le voyage amènera les pèlerins à Sainte-Anne et au sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes à Saint-Michel de Bellechasse. Le train partira d'Aston à 3 hrs a.m. via Arthabaska, et le retour se fera le même jour dans la soirée. Le prix est de 2,00$ et le nombre de billets est limité à 5 000. Toutes les mesures sont prises pour éviter l'encombrement à l'intérieur des chars. Les personnes des Cantons de l'Est désirant faire le voyage pourront embarquer aux stations d'Arthabaska, Stanfold, Somerset, Sainte-Julie. Le trajet de Pointe-Lévis à Sainte-Anne se fera à bord du «Brothers», bateau neuf et confortable, où un groupe de musique sera à bord. Deux heures pour visiter la ville de Québec sont prévues au retour (16, 31, p. 2). - On rappelle que le pèlerinage sous la direction de messire Tétreau se fera le 10 août. Le train arrêtera à Arthabaska vers 4 hrs. a.m. Pas de confession, chacun devra se préparer dans sa paroisse (16, 33, p. 2). - Un pèlerin relate la visite des gens de Saint-Wenceslas et d'autres paroisses (Arthabaska, Saint-Norbert, Stanfold, Sainte-Julie, Saint-Agapit de Beaurivage) au sanctuaire de Sainte-Anne de Beaupré, ainsi que leur visite à Saint-Michel. Ils furent 550 à s'embarquer le 10 août à bord des chars du grand Tronc et du vapeur «Brothers». On retrouve deux longs paragraphes de descriptions éloquentes et détaillées à propos de chaque instant du voyage. Entre autres, on trouve des renseignements sur les membres du clergé présents, le groupe des jeunes musiciens de Saint-Agapit, la procession à Sainte-Anne (bannière déployée, femmes en tête, quatre par quatre, suivies des hommes), célébrants de la messe, panorama de la région et description du sanctuaire de Saint-Michel, appréciation des voyageurs à propos du voyage en bateau et par le train du Grand Tronc (commentaires très négatifs). L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 30 (15 juillet 1882) : 2 (suite:16, 31, p. 2; 16, 33, p. 2).

No d'identification : 10 935
Journal
Pèlerinage de Danville à Sainte Anne, le 7 septembre, à 11h du soir. Les chars arrêteront à chaque station, dont Kingsey (2$), Warwick, Arthabaska et Stanfold (1,75$). Les billets sont bons pour cinq jours et couvrent les frais de passage et le quai ainsi que l'offrande aux pères de Sainte-Anne. Le pèlerinage est sous la direction de L.A. Masson, curé de Danville. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 38 (29 août 1885) : 3.

No d'identification : 15 230

1885, 08-29 p2-p3, pèlerinage.jpg

Journal
Prix des billets de retour pour Saint-Hyacinthe, en direction de: Sainte-Julie (1,50$); Somerset et Stanfold (1,25$); Arthabaska, Warwick, Kingsey, Danville et Richmond (1,00$); South Durham (0,90$); Acton Vale (0,60$) et Upton (0,40$). «Un train partira de Doucet Landing à 7h30 A.M. Billet à toutes les stations à 1,25$. Le train passe à Arthabaska à 9h22 A.M». L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 22 (11 juin 1887) : 2.

No d'identification : 9 759
Journal
Le 2 juillet à Stanfold, le train (l'express) est entré en collision, à la hauteur du pont de fer, à 60 milles à l'heure, avec une voiture de charge conduite par Alexandre Parizeau, qui est décédé. «En cet endroit les chars quittent le grand bois pour prendre le désert; il en est de même du chemin des voitures, qui coupe la ligne du chemin de fer presqu'à angle droit, à environ trente pieds du pont qui traverse la rivière Nicolet». Il n'y a eu aucun blessé à l'intérieur du train parmi les 200 personnes présentes, mais si un morceau de la charrette s'était coincé dans une roue du train, le déraillement des wagons aurait été dramatique. Parmi les passagers se trouvaient entre autres le curé Baillargeon (qui a donné l'absolution à M. Parizeau), le docteur Pierre Ulderic Garneau et Louis Lavergne. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 26 (09 juillet 1887) : 3.

No d'identification : 10 095

1887, 07-09 P2-P3, accident de train.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(7 AOUT 1890) : 2-3

No d'identification : ???

1890, 08-07 p2-p3, pèlerinage.jpg

Journal
Nouvelle de Stanfold: «Nous nous demandons pourquoi l'express de l'après-midi n'arrête pas à Stanfold. Le convoi venant de Montréal arrête bien; ne pourrait-il pas en être de même pour celui qui vient de Québec, et passe ici à deux heures? Les autorités du Grand Tronc devraient savoir que Stanfold est un centre important et le point d'arrêt de tous les voyageurs de commerce qui montent au lac Megantic. D'ailleurs ce train-là nous jette le sac de malle, en passant à toute vitesse; quelle perte de temps y aurait-il en arrêtant juste assez pour prendre et laisser les passagers? Les intéressés, à Stanfold, devraient s'entendre et signer une requête, en due forme celle-là, pour demander aux messieurs de la compagnie de nous accorder cette faveur de voir l'express de Québec arrêter, ici, en montant». - La demande a été entendue et l'express s'arrêtera désormais à Stanfold tous les jours (25, 44, p. 3). L'Union des Cantons de l'Est, vol. 25, no 21 (29 mai 1891) : 2 (suite: 25, 44, p. 3).

No d'identification : 13 375

1891, 05-29 p2-p3, express à Stanfold.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(1 sept. 1892) : 2-3

No d'identification : ???

1892-09-01 p2-p3, pèlerinage.jpg

Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(4 mars 1897) : 2-3

No d'identification : ???

1897-03-04 p2-p3, station, gare de train, commerce du bois.jpg

Journal
L'Union des Cantons de l'Est, (9 SEPT. 1897)

No d'identification : ???

1897-09-09 p2-p3, employé du Grand Tronc.jpg
Journal
Changements faits lundi dernier dans l'horaire des trains à la station de Stanfold (pour Montréal, Trois-Rivières, Québec) L'Union des Cantons de l'Est, vol. 31, no 43 (07 octobre 1897) : 3.

No d'identification : 24 441
Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(7 oct. 1897) : 2-3

No d'identification : ???

1897-10-07 p2-p3, horaire de train.jpg

Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(7 oct. 1897) : 2-3

No d'identification : ???

1897-10-07 p2-p3, train, gare.jpg

Journal

Des commerçants de patates chargent actuellement un char à la station de Stanfold: on les paie 35 centins le minot.
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 31, no 44 (14 octobre 1897) : 3.

No d'identification : 24 454

1897-10-14 p2-p3, patates.jpg

Journal
Nouvelles de Stanfold: Une bouilloire a été débarquée samedi dernier à la gare du Grand Tronc, destinée à la manufacture de cuir de Farley et Tourigny. Elle provient de London. Dimensions, conception, fonctionnement. Vise à augmenter le rendement de la manufacture. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 32, no 44 (14 octobre 1898) : 3.

No d'identification : 25 424

1898, 10-14 p2-p3, bouilloire William Farley.jpg
Journal
Article dénonçant les horaires de train peu commodes sur la ligne du Grand Tronc. Description d'un voyage de Stanfold à Nicolet, qui prend "trois jours et deux nuits" . Une requête a été signée par les hommes d'affaires de Stanfold, Somerset, Sainte-Julie et Lyster et envoyée au Surintendant. - Autre article du même genre. On apprend que la compagnie ne donnera pas satisfaction à la pétition des hommes d'affaires (32, 49, p. 3; 32, 53, p. 3). L'Union des Cantons de l'Est, vol. 32, no 46 (28 octobre 1898) : 3 (suite: 32, 49, p. 3; 32, 53, p. 3).

No d'identification : 25 446

1898, 10-28 p2-p3, Grand Tronc_1.jpg
1898, 10-28 p2-p3, Grand Tronc_2.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est, (16 DEC. 1898) : 2-3

No d'identification : ???

1898-12-16 p2-p3, Grand Tronc_1.jpg
1898-12-16 p2-p3, Grand Tronc_2.jpg
Journal
Heures du Grand Tronc à la station de Stanfold. Les gens d'affaires de Sainte-Julie, Somerset, Stanfold peuvent faire le voyage d'Arthabaska et d'Arthabaskaville en une seule journée. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 33, no 20 (05 mai 1899) : 3.

No d'identification : 25 652
Journal
La grève des employés du Grand Tronc est finie. La compagnie a exigé que les hommes de la section du pont de fer restent au village (de Stanfold). Noms des trois employés qui ont donné leur démission. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 33, no 26 (16 juin 1899) : 3.

No d'identification : 25 691

1899-06-16 p2-p3, train employé Grand Tronc.jpg
Journal
La compagnie du Grand Tronc a fait son horaire d'hiver et a décidé de conserver les trains à la même heure sauf dans le cas de l'express du soir qui part dix minutes plus tard. Cela accommode les gens d'affaires de Stanfold, Nicolet, Somerset, Sainte-Julie et Lyster, car l'hiver passé il n’était pas possible de faire certains trajets dans la même journée. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 33, no 43 (13 octobre 1899) : 2.

No d'identification : 26 158
Journal
Le village de Stanfold se refait une beauté: on repeint l’extérieur de plusieurs bâtiments et édifices. Détails sur les couleurs de la gare, de l'Hôtel Talbot, de la résidence du docteur. L'Union des Cantons de l'Est, (5 JANVIER 1900) : 2-3

No d'identification : 22 189

1900-01-05 p2-p3, chemin de fer Grand Tronc_1.jpg
1900-01-05 p2-p3, chemin de fer Grand Tronc_2.jpg
Journal
Suite de l'histoire des Bois-Francs. Récit de la mort du curé de Somerset, M. Bélanger. Les 2 plus grands obstacles: le manque de communications et le prix trop élevé des terres. Construction du chemin provincial d'Arthabaska, par Sir Dominique Daly. Construction de la voie ferrée du Grand Tronc. Le Mégantic, vol. 1, no 13 (10 mars 1900) : 1.

No d'identification : 6 149
Journal
Enfant dénommé Beauvillier le Mégantic 14 avril 1900

No d'identification : ???

le Mégantic 14 avril 1900, Grand Tronc, enfant frappé.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est, (20 AVRIL 1900) : 2-3

No d'identification : ???

1900-04-20 p2-p3, accident chemin de fer Grand Tronc.jpg
Journal
Le Grand Tronc a été inauguré mardi l'horaire d'été. Il y aura des trajets à des heures convenables; trois trains par jour allant à Québec et à Montréal. À la page suivante, on souligne qu'ainsi les hommes d'affaires de Stanfold, Somerset et Sainte-Julie pourront se rendre à Victoriaville et à Arthabaskaville tout en pouvant être de retour à leur logis dans la même journée. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 34, no 20 (04 mai 1900) : 2.

No d'identification : 22 050
Journal
Il y a eu une enquête préliminaire contre un mécanicien du Grand Tronc concernant la mort d'un enfant survenue à la hauteur de Stanfold. Il sera porté devant la cour criminelle. L’enquête se fera également sur le chauffeur du train. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 34, no 25 (08 juin 1900) : 2.

No d'identification : 22 075

1900, 06-08 p2-p3, enquete.jpg
Journal
L'Union des cantons de l'est (14 sept. 1900) : 2-3.

No d'identification : ???

1900-09-14 p2-p3, Alphonse Richard, Grand Tronc.jpg
Journal
L'Union des cantons de l'est (14 sept. 1900) : 2-3.

No d'identification : ???

1900-09-14 p2-p3, Romuald Frenette, contre-maitre Grand Tronc.jpg
Journal
L'Union des cantons de l'est (28 sept. 1900) : 2-3.

No d'identification : ???

1900-09-28 p2-p3, Pierre Ouellette employé Grand Tronc.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(28 sept. 1900) : 2-3

No d'identification : ???

1900, 09-28 p2-p3, gare.jpg

Journal
Le Grand Tronc a fait quelques changements à son horaire d'été: express local à 5h45 au lieu de 5h15, et arrêt à Stanfold pour celui de 3h00 p.m. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 38, no 28 (24 juin 1904) : 3.

No d'identification : 23 153
Journal
Le 3 juillet, aura lieu une excursion à Québec, organisée par le Cercle musical de Victoriaville, sous le patronage de la Cour Arthabaska no. 855 de l'Ordre des Forestiers canadiens. Aller et retour: 1,15$. Le train arrêtera à Stanfold, Plessisville, Sainte-Julie et Lyster. - «Plusieurs se sont rendus à Sainte-Anne de Beaupré et au Sault Montmorency. Tous sont revenus enchantés de leur voyage. il y avait près de 200 excursionnistes» (11, 7, p. 1). L'Écho des Bois-Francs, vol. 11, no 6 (02 juillet 1904) : 1 (suite: 11, 7, p. 1).

No d'identification : 27 054

Journal
M. Poitras, agent de gare (quel gare q?) à Stanfold. L'Écho des Bois-Francs, vol. 12, no 34 (20 janvier 1906) : 1.

No d'identification : 9 802

1906, 01-20, agent de gare.jpg
Journal
«Le dégel exceptionnel de cette semaine a eu pour résultat de faire gonfler outre mesure les rivières et leurs tributaires. A notre moulin l'eau a monté plus que jamais. On a craint pour le pont de la cie du Grand Tronc. Des hommes ont été obligés de faire le guet deux jours et deux nuits. Les trains de passagers et de fret ont été obligés de ralentir la vitesse à cet endroit. La glace était amoncelée à cet endroit et forçait terriblement les piliers du pont. A Stanfold, au moulin de MM. Nadeau & Boisclair , la glace a brisé les estacades et plusieurs centaines de billots ont passé la chaussée. Au moulin à farine appartenant à M. Nadeau, un brise-glace a été emporté par les glaces. En plusieurs endroits des pontons ont été enlevés. Les routes sont comme en été et il n'y a guère de neige qui se montre dans nos alentours. C'est un printemps en plein hiver. Le froid a repris un peu mercredi et paraît vouloir nous donner la neige». L'Écho des Bois-Francs, vol. 12, no 35 (27 janvier 1906) : 1.

No d'identification : 9 858

1906-01-27, dégel.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est, (29 mars 1907) : 2-3.

No d'identification : ???

1907-03-29 p2-p3, Stanfold un demi siècle, 1857_1, Grand Tronc, pompe à incendie.jpg
Journal
L'Union des Cantons de l'Est, (04 sept. 1908) : 2-3.

No d'identification : ???

1908-09-04 p2-p3, Henri Lachance traverse Grand Tronc.jpg
Journal
Accident de train à Stanfold impliquant un «char des malles» et deux locomotives, dont une a déraillé. Un mécanicien fut blessé gravement. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 59, no 13 (05 mars 1925) : 7.

No d'identification : 23 986

1925-03-05 p2-p3, déraillement.jpg
1925-03-05 p6-p7, accident de train.jpg
Journal
«Un train saute la voie ferrée à Princeville». L'Union des Cantons de l'Est, vol. 59, no 14 (12 mars 1925) : 4.

No d'identification : 23 992

1925-03-12 p2-p4, train dérail.jpg
Journal
«Un train de fret déraille près de Princeville», plus précisément dans le 9ème rang. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 62, no 17 (29 mars 1928) : 8.

No d'identification : 15 374

1928, 03-29, train.jpg
Journal
Horaire des trains du Chemin de Fer National du Canada. De Victoriaville, trois départs par jour pour Montréal sauf le dimanche où il y en a un seul; deux départs pour Sherbrooke par jour, sauf le dimanche où il y en a aucun; quatre départs pour Québec par jour, sauf le dimanche où il n'y en a qu'un seul; départ vers Sainte-Julie, Princeville, Plessisville et Lyster une fois par jour sauf le dimanche; deux départs vers Trois-Rivières s'arrêtant à Doucet's Landing par jour, sauf le dimanche où il n'y en a aucun. Il y a un agent du Canadien National à Victoriaville. La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 1 (25 octobre 1928) : 4 (suite: 1, 2, p. 3).

No d'identification : 7 362
Journal
« La grève a des effets désastreux sur nos industries locales » La grève du rail a des effets désastreux sur nos industries locales (Arthabaska, Victoriaville, Princeville, etc.). L'Union des Cantons de l'Est, vol. 84, no 37 (24 août 1950) : 1.

No d'identification : 17 873
Journal
L'Union des Cantons de l'Est,(28 sept. 1900) : 2-3

No d'identification : ???

1961-08-03, p14-p15, incendie fret-shed.jpg

Journal
« Les services du CN suspendus en mars » La population de Princeville proteste. Les autorités du « Canadien National » veulent discontinuer la presque totalité des services donnés à la gare de Princeville. L'Union des Cantons de l'Est, vol. 102, no 11 (21 février 1968) : 2.

No d'identification : 27 854
Journal


Mise à jour le 10 SEPT. 2019.                 ;